Ceci est le début de la conférence que j'ai proposée à différentes reprises, Paris, Nice (Centre Universitaire Méditerranéen), Toulouse... Cette conférence est accompagnée d'un diaporama dont vous retrouvez ici la plupart des photos tout au long du texte.



01Mesdames et Messieurs, en débutant cette présentation, il me semble percevoir d’emblée de votre part comme un certain désappointement, peut-être même une 02légère critique : "Un jour à Tōkyō … c’est court!!".
Vous avez bien raison, et c’est vrai qu’un tel voyage mérite bien qu’on prévoie un séjour… un peu plus long. Car il est certain que vous aurez envie un jour ou l’autre, peut-être le deuxième,
de découvrir les œuvres d’art et tous les trésors que proposent les musées, d’assister à un tournoi de sumo, d’emmener vos enfants dans des parcs d’attractions, d’assister à une représentation de kabuki ou de , voire même peut-être  de tenter de comprendre quel plaisir certains Japonais peuvent éprouver en restant, parfois pendant des heures, devant ces espèces de flippers verticaux qu’on appelle pachinko, dans le seul but d’essayer de 03gagner le plus possible de petites billes d’acier… Le troisième jour, vous serez peut-être tentés par une excursion en dehors de Tōkyō, une ascension du Fujisan ou Mont Fuji, la découverte du Grand Bouddha de Kamakura, du très remarquable temple de Nikkō ou plus proche, un petit saut à 04Yokohama, pour visiter son port, son pont suspendu ou son quartier chinois… Et peut-être  même déciderez-vous ensuite de quitter la capitale à bord du Shinkansen, le TGV japonais, et d’aller à la découverte des temples et des jardins de Kyôto ou Nara, des grands châteaux féodaux de Nagoya, Ōsaka ou Himeji, de la ville d’Hiroshima avec toujours présent, le douloureux souvenir d’un événement tragique que nul n’a oublié, ou plus loin encore, de l’île de Kyūshū, avec ses volcans et ses sources thermales… Quelle que soit la saison, le Japon représente une destination touristique extraordinairement variée et riche en plaisirs comme en enseignements.

Oui, mais le premier jour… avant de voir tel ou tel endroit précis, on peut avoir envie de se faire une première impression, de voir un peu globalement à quoi ressemble cette ville de Tōkyō. Et puis, après un vol d’environ 12 heures sans escale, on a surtout besoin de se dégourdir les jambes et de s’aérer le cerveau. C’est pourquoi, comme vous seriez sans doute amener à le faire, je vous propose de partir nous balader, de flâner à travers les rues, de contempler le spectacle qu’elles nous offrent et de voir ce qu’une telle promenade peut nous apprendre sur cette mégalopole et surtout sur ses habitants. Car il y a incontestablement une relation entre une ville et la mentalité de ceux qui la peuplent : sa situation géographique influence leur façon de vivre, et eux la façonnent suivant leur façon de penser.

05Et pour se faire une première idée de ce à quoi peut bien ressembler Tōkyō, la toute première image que je vous propose est celle-ci : le plan des lignes de transport en commun…
Pourquoi cette image ? Mais parce que quand on arrive dans une ville qu’on ne connaît pas, on commence en général par se munir d’un plan comme celui-ci, sans doute l’un des meilleurs moyens mis à la disposition du touriste pour l’aider à s’orienter, ou pour l’aider à retrouver son hôtel s’il s’est perdu…

A première vue, ce plan peut paraître un peu effrayant. Pourtant, on peut en tirer quelques indications utiles. Ce plan est celui que vous pourrez trouver sur place : or, vous voyez le titre, il est écrit en français : on peut donc en déduire que les Japonais accorde une certaine attention au tourisme français, ce qui est sans doute assez rassurant pour un compatriote qui débarque pour la première fois au Japon.

06
D’autre part, l’examen un peu attentif de ce plan indique qu’à Tōkyō, le transport ferroviaire est double : il y a un métro sous- terrain comme dans la majorité des grandes villes du monde, dont les lignes sont représentées ici par des traits de différentes couleurs, mais il existe également une sorte de métro aérien, qui est représenté par des lignes hachurées en noir et blanc, un métro qui est géré par la JR, en quelque sorte l’équivalent japonais de la SNCF, et dont une ligne nous intéresse en particulier : c’est la ligne Yamanote, qui forme une boucle au centre de Tōkyō. Retrouvons-la sur le plan général…

Il faut savoir que cette ligne est plus qu’une simple ligne de chemin de fer, c’est pour les habitants de Tōkyō une sorte de repère géographique un peu symbolique : elle définit le centre, non pas 07forcément historique, mais un centre, je dirais de vie, de travail ou de loisirs, duquel le logement est de plus en plus écarté à cause du développement économique du pays qui fait que le foncier des centre-villes coûte de plus en plus cher. Et de la même façon qu’il est de plus en plus difficile, en terme financier, de se loger dans le centre de Paris, voire même dans Paris intra muros, habiter à l’intérieur de la ligne Yamanote est en général signe de richesse et de luxe. Et ce qui est vrai pour l’immobilier, qui concerne les Tokyoïtes, est également valable pour le touriste de passage, à savoir notamment les restaurants et surtout les hôtels : ceux du centre ville seront dans leur grande majorité plus chers que si l’on consent à s’éloigner quelque peu et à trouver un hébergement à l’extérieur de cette ligne Yamanote.

08A propos, sachez que cette boucle fait environ 35km de tour. Précision claire pour certains d’entre vous, peut-être moins évocatrice pour d’autres. A l’intention de ceux-09ci, je me suis un peu amusé…Imaginez que l’on tourne cette photo d’un quart de tour…comme ceci…et que de surcroît on y ajoute ces traits bleus, cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ?... Mais oui, notre capitale, Paris, entouré d’un boulevard périphérique dont le tracé est quasiment celui-ci et, deuxième coïncidence, dont la longueur, à quelques centaines de mètres près, est de… 35km ! …Eh oui, le centre de Tōkyō correspond donc exactement à l’intégralité de Paris !

10Et pour pousser la comparaison encore plus loin, il est vrai un peu au delà du 11raisonnable… vous serez d’accord pour placer le monument le plus connu de la capitale à cet endroit, n'est-ce pas?

Eh bien, je serais très étonné d’apprendre qu’il ne s’agit pas là que d’une coïncidence, exactement à cet endroit mais sur le plan de Tōkyō cette fois, se trouve le quartier de Shiba, où a été construite, pour rivaliser avec notre Tour Eiffel, la Tōkyō Tower ou "Tour de Tōkyō" qui, avec ses 333m, dépassait lors de sa construction de quelques mètres son modèle français et a fait pour cela la fierté des Tokyoïtes, à l’époque du fort développement économique du pays et de son besoin de reconnaissance mondiale…

1213Voici, du sommet, le spectacle assez grandiose qui s’offre aux yeux du visiteur : Tōkyō s’étant à perte de vue…



Voilà, si le début vous a intéressé, n'hésitez pas à me contacter et je vous présenterai cette conférence en entier!...


retour à la page d'accueil


.
.